Being Born a Girl

Aujourd’hui, je remonte seule sur scène pour exprimer mes questionnements sur les discriminations et/ou les obstacles que rencontre une femme à travers le monde.

DSCF9973 - Copie
Being Born a Girl

Les rares évolutions conquises sont menacées aujourd’hui soit par la recrudescence de l’obscurantisme et du machisme sociétal, soit par un relativisme culturel qui empêche tout jugement critique et toute action. Pourtant rester silencieux, c’est être complice. Cette performance, je la souhaite à la fois intime, personnelle et politique, s’inspirant de mon parcours personnel et d’une vidéo publiée par la FIDH (Fédération Internationale des Droits de l’Homme) qui fait, en 1 minute et 30 secondes, la démonstration de la difficulté de naître femme aujourd’hui partout dans le monde. Je souhaite utiliser différents types de percussions comme vecteur d’émotion ainsi que le chant et les projections d’images, d’interviews.

58543571_2028514347444672_8446116443862335488_o
Being Born A Girl with Ibrahim Sidibé

Pour exprimer et témoigner de la difficulté de naître femme, je convoque sur scène tout mon corps : les pieds frappent le sol comme autant de blessures, le chant est la voix du cœur, la danse exprime les rages intérieures et les mots osent dire la vérité crue. Les claquettes, utilisées comme des percussions assénées sur le sol résonnent également comme autant de coups portés aux femmes ou comme espace d’intimité intérieure qui crée des rythmes pour une plus grande liberté d’expression.

L1007872.jpg

Cette performance est une traversée à la fois intime et politique. Je la souhaite informative et émotive ; des chiffres et des données objectives côtoient des anecdotes intimes ; les textes fulgurants de Variations sérieuses d’Emanuelle delle Piane répondent au cri triste et désespéré de la chanson Roxanne écrite par Sting ; les images d’Elena Horn, entre témoignages et documentaires, sont vecteurs d’émotions et des réflexions.

Variation 6 – En écho Mariages fantômes Chine

L’autre soir, un homme m’a assassinée
Pour me vendre très cher à une famille endeuillée
Les cadavres de femmes se raréfient ici
Surtout ceux des jeunes filles
Monsieur et Madame Wu avaient besoin d’une dépouille
Pour que leur fils défunt se sente moins seul dans son cercueil

L’autre soir, j’ai été assassinée
Pour tenir compagnie à un macchabée célibataire
La tradition du Minghun sera respectée
Leur fils mort enfin marié, la famille Wu pourra vivre en paix
Notre union a été célébrée ce matin au cimetière
Nos dépouilles ont été recouvertes de raviolis, symbole de fertilité suprême
Les Wu ont organisé la cérémonie dans les règles, tout était parfait.

L’autre soir, un homme m’a étranglée puis vendue
L’épouse d’un fantôme, je suis devenue
Enfant unique obligé, stérilisation, avortements forcés
Les naissances de garçons sont forcément privilégiées
Les corps de filles mortes, difficiles à trouver.

L’autre soir, un homme m’a assassinée
C’est la première fois qu’il tue
D’ordinaire il vend seulement des cadavres de femmes pour défunts masculins
C’est de sa faute à lui si les morgues n’en ont presque plus ?
Il y a pénurie, à force.
La preuve
Cette nuit, le tombeau du fils de la famille Wu a été profané
Des pilleurs de tombe sont venus me déterrer
Pour me vendre très cher à une autre famille endeuillée.

Emanuelle Delle Piane
Variations sérieuses
publié chez Lansman editeur
de la collection « ThéâTre à Vif »